Reportage: Bruxelles et son architecture

June 22, 2012 § Leave a comment

C’est l’architecture éclectique et diversifiée de Bruxelles qui a attiré l’attention de jeunes élèves-journalistes de Perm. Voici le reportage qui donne leur vision de la capitale belge:

“Ciel ouvert” entre Lille et l’Oural

June 19, 2012 § Leave a comment

L’association européenne So!Art à Bruxelles, partenaire du Ministère régional de la Culture de Perm, a établi une coopération entre le festival russe «La foire céleste de l’Oural» et un pilote de montgolfières de la région de Lille en France. Organisé depuis 11 ans ce festival a lieu dans les Monts d’Oural, non loin de la frontière européenne, et rassemble les professionnels et amateurs de vols en montgolfières de toute la Russie et de la CEI. Grâce à So !Art cette année cette manifestation sera honorée pour la première fois par la présence d’un pilote français, Xavier Faure qui présentera sa région, celle de Lille, au public russe dans le cadre du festival.

Xavier Faure :«Je viens au festival de Perm car je suis un amoureux inconditionnel de la Russie, j’ai apris le Russe en première langue, au Lycée. Je souhaite partager mon expérience et ma passion, échanger avec les pilotes et équipiers Russes et aider à tisser des liens économiques et culturels, solides et durable entre la Russie et la région de la France ou je suis installer, en aidant à faire connaître le département du Nord, La ville de Lille et Les monts de Flandre, qui possèdent une très grande richesse historique, architecturale culturelle et touristique»

Xavier Faure a plus de 680 heures de vols depuis 1999 ce qui représente 13 années de pilotage. Participant habituel des “Mondial Air Ballon” de Chambley, deuxième plus gros rassemblement de montgolfières près de Metz en Lorraine en France, il a effectué la majorité de ses vols sur des gros volumes de 4200m3 à 10000m3, de 5 a 20 places. Habitué  aux vols internationaux, en général il commence sa saison à Marrakech ou Ghana et la termine dans les plaines du Nord de la France. «On verra quelle est la vraie frontière de l’Europe,- s’exclame-t-il.Je suis très curieux de comparer les paysages de nos deux régions respectives – celle de Lille et de l’Oural!»

Ce n’est pas le premier Lillois qui se déplace dans l’Oural dans le cadre d’un projet de coopération. En 2010, Denis Cucheval, professeur certifié de mathématiques, a enseigne pendant une année scolaire les mathématiques en langue française aux élèves russes de l’école n°22 à Perm, dans le cadre du programme Jules Verne.

Commission Européenne et son centre de presse : un monde à part

June 9, 2012 § Leave a comment

1) Le groupe de participants du projet de «Jeunes journalistes@school» en visite à la Commission Européenne

2) La conférence de la rédaction à la caféteria de la Commission Européenne. Le groupe de journalistes analyse l’information reçue pendant le briefing du matin atour d’un bon café très bon marché de la Commission Européene (0,89 cents/une tasse)

3) Le plateau de tournage pour les grandes occasions.

Ici les grands politiciens européens d’adressent aux journalistes pour transmettre leurs projets et principales directives.Ici même ils doivent parfois se défendre face aux questions trop directes de la presse inernationale…

4) La salle de conférences pour les briefings quotidiens entre les politiciens et journalistes

Dans cette salle confrotable et bien équipée se passe la plupart de réunions quotidiennes entre les députés de 27 pays-membres et les journalistes. Le plus remarquable est qu’il y a des interprètes
dans les 23 langues officiels de l’Union Européenne qui sont installés dans les cabines tout autour de participants.

5) La salle de travail pour les journalistes accrédités dans l’UE

Chaque jour tous les moyens sont là pour rendre encore plusn efficace le tavail de journalistes dans l’UE : en commençant par l’ordinateur indviduel et en finissant par l’appareil avec une ligne
téléphonique pour chacun.

L’équipe de «Jeunes journalistes@at school» en visite aux Institutions européennes à Bruxelles

June 8, 2012 § Leave a comment

A l’occasion de la semaine de stages au sein de l’Europe les jeunes journalistes russes, tous élèves de l’école spécialisée en langues étrangères №22 de Perm, ont découvert les «coulisses» du Parlement Européen, de la Commission européenne et du Conseil de l’UE. Particulièrement intéressés par les l’histoire de la construction européenne, ils ont pu tout d’abord entendre une présentation du fonctionnement des Institutions,poser leurs questions aux députés et fonctionnaires de diverses directions générales et partis politiques et découvrir les spécificités du travail de journalistes qui couvrent l’actualité européenne.

Le stage a été réalisé dans le cadre du projet “Perm Krai International” et son initiatrice Daria Gissot soutenus par le Ministère régional de la culture de Perm et l’actuel Ministre de la culture Alexandre Protasevich.

Dans le cadre du stage d’immersion dans la capitale de l’Europe la jeune équipe a réalisé une série de reportages que vous pouvez découvrir ici https://permkraicapitalofculturefr.wordpress.com/tag/reportage-de-bruxelles/.

Parle-t-on russe en Belgique?

June 5, 2012 § Leave a comment

Samir, le marchand de souvenirs

“J’étudie le russe parce qu’il y a beaucoup de touristes russes, ukrainiens et moldaves à Bruxelles”.

Andreea Pawel, fonctionnaire à la Commission européenne

“J’apprends le russe depuis 2 ans, 2 fois par semaine. C’est exigé par mon travail. La culture russe et les traditions russes sont très intéressantes pour moi !”

A Gand nous ne pouvons pas manquer la possibilité fantastique de voir le panorama de la ville du haut de Belfort. Dans l’entrée nous avons montré nos passeports et soudainement un gardien nous a salué avec un grand sourire en disant « Zdravstvuité » !

Koen Gusse, gardien de Belfort de Gand

“J’étudie le russe depuis 8 mois car l’entraineur de gymnastique de ma fille est russe.En plus on a beaucoup de touristes russes. Je fais mes exercices tout seul pendant mon temps libre. J’ai même un programme de russe dans mon téléphone portable.”

La Bande dessinée, l’étendard de l’art belge

June 5, 2012 § Leave a comment

A Bruxelles les magasins et espaces consacrés à la Bande dessiné sont partout.Dans toutes les librairies il existe des rayons dédiés à ce type de l’art.Il ne s’agit pas seulement de la bande dessinée belge mais aussi celle du Japon et du monde entier. S’il y autant de magasins, cela veut-il dire qu’il existe autant d’artistes qui font la BD ?
Pour trouver la réponse à cette question nous avons décidé de rencontrer M.Marc Sevrin, coordinateur des ateliers BD de l’Ecole Supérieure d’Art Saint-Luc de Bruxelles qui a gentiment accepté de nous accueillir dans son ateliers à l’Institut Saint-Luc à Bruxelles, une des écoles d’art la plus connue en Belgique.

Pourquoi c’est la Belgique qui possède la Bande dessinée comme patrimoine?

Il s’agit d’une tradition assez ancienne. C’est lié à un phénomène particulier: celui des imprimeurs-éditeurs en Wallonie – Castermann à Tournai et Dupuis à Charleroi.Pour faire tourner les machines l’imprimeur va éditer ses propres BD: Tintin pour le premier et Spirou pour le second en même temps que d’autres publications- presse féminine, annuaires etc.
La concurrence entre ces deux magasines va permettre l’émergence d’ une tripotée d’auteurs qui deviendront vite célèbres…

Quelles techniques artistiques sont utilisées pour créer la BD dans votre Institut ?

Dans notre Institut on peut choisir n’importe quelle technique- gravure, aquarelle, l’encre de Chine ou encore fusain.Ce n’est pas la technique qui est la plus importants mais la compréhension du message par le lecteur. Le sujet qu’on impose en cours en tant que professeur est souvent le même pour tout le monde.Ensuite, chaque étudiant choisit sa propre vision et l’interprète l’histoire racontée à sa manière unique.

Est-ce que la BD continue toujours à avoir du succès en Belgique ?

La bande dessinée est très populaire, bien sûr. Après, en ce qui concerne les artistes eux-mêmes, ils sont souvent en difficulté. Nous avons tous, moi compris,le travail en dehors de notre métier de dessinateur de la BD. Je ne pensais personnellement pas qu’un jour je deviendrai professeur de la bande dessinée.J’ai pourtant réalisé que pour pouvoir être suffisamment libre je dois avoir un métier.Beaucoup d’entre nous travaillent avec les éditeurs indépendants ce qui représente souvent une coopération sans aucune rémunération. Ceci dit le métier continue à persister malgré ces difficultés.

La journée ordinaire d’un député européen

June 5, 2012 § Leave a comment

La journée ordinaire d’un député européen commence par la préparation de réunions journalières.Il consulte les communiqués de presse préparés en avance par ses assistants.Après environ 1 h de consultation il assiste à la réunion avec d’autres députés de son parti politique. Les thématique sont différentes : des accords dans le domaine de la pêche jusqu’à la révision de frontières de la zone Schengen.Ces réunions peuvent durer toute la journée. Ensuite, c’est le repas du midi et un peu de repos, 2 h plus ou moins, pendant lequel d’autres rencontres –avec les collègues ou le journalistes-ont lieu.Puis le député s’en va à une des nombreuses conférences qui se passent tous les jours au Parlement Européen. Le jour de notre visite il s’agit de la conférence sur l’initiative citoyenne et le pluralisme de médias.Si le député juge le sujet important pour son activité, il assiste à la conférence, sinon il continue ses réunions principales du parti. Autour de 17h30 tous les députés de 27 pays-membres s’en vont du Parlement pour regagner leurs logements de fonction à Bruxelles ou bien partent à l’aéroport pour rejoindre leurs pays.

Il se prépare pour la session plénière qui se passe toutes les 3 semaines à Strasbourg.